Investir Générer des revenus immédiats

Immobilier, quel type d'acheteur êtes vous ?

« Coup de cœur »,  « demeure de charme », etc. : le vocabulaire de la vente immobilière emprunte très (trop ?) souvent au registre affectif. Si vous envisagez d’investir dans la pierre, afin de vous créer un complément de revenu, oubliez tout cela. 

Il va falloir adopter une approche méthodique et analyser les points forts et faibles de votre investissement, en termes de rentabilité, de sécurité et de revente. Sans état d’âme.

Vous avez besoin d’un revenu à court terme

Dans ce cas, pas de mystère : le revenu que vous pourrez dégager, sera proportionnel au montant du capital que vous pourrez investir.Il existe toute une gamme d’approches différentes qui permettent d’optimiser l’investissement immobilier et, ainsi, de profiter de ses qualité de valeur refuge, plutôt rentable au regard de l’effondrement des taux obligataires et des mouvements de yoyo de la bourse.

Si à la suite d’une séparation, d’une perte d’emploi, vous avez besoin d’augmenter rapidement vos revenus, voire de vous assurer une couverture sociale, regardez du côté de la location en meublé.

En optant pour le statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP), ou pour celui de loueur en meublé professionnel (LMP), si vos revenus locatifs dépassent 23 000 euros, vous pourrez bénéficier d’avantages fiscaux intéressants. Avec le statut de LMP, vous pourrez également cotiser aux caisses d’assurance sociale et de retraite.

Point important pour les expatriés qui ne peuvent pas gérer à distance des locataires : vous pouvez investir dans des programmes immobiliers, conçus pour la location en meublés et gérés par des professionnels.

Vous avez besoin d’un revenu à plus long terme.

Un des atouts majeurs de l’investissement immobilier est qu’il permet à un particulier de se constituer, grâce au crédit,  un patrimoine en autofinancement, au fil du temps et sans mise de départ exorbitante. 

Les bonnes questions à se poser : quel est le montant de  mon apport  initial ? Quelle durée suis-je prêt à attendre, avant de toucher des revenus locatifs ?

Les réponses détermineront l’ampleur de l’opération. Les possibilités sont nombreuses : immobilier locatif classique (meublé ou non) ; investissement dans une résidence de services ; investissement en nue-propriété ; etc.

La clé de la réussite d’un investisseur immobilier reste le choix des partenaires adaptés à ses objectifs et à sa situation. Et la prudence, car les miroirs aux alouettes sont aussi nombreux que coûteux !


Charles Morin Gérant expatrissimmo et expert de l'immobilié pour les expatriés Charles Morin, expert expatrissimmo

Parole d'expert

Question rentabilité, l’immobilier est-il vraiment compétitif ?

Charles Morin (Expatrissimmo) : L’investissement immobilier reste par excellence le placement de « père de famille ». 
C’est-à-dire qu’il est plébiscité pour la sécurité qu’il représente. Mais qu’en est-il de sa rentabilité ? 

Si on le compare à l’assurance-vie, l’autre investissement à faible risque, il n’y a pas photo : le rendement moyen des fonds en euros des contrats d’assurance-vie s'élève à 2,30% en 2015 (à 1,7% après prélèvements sociaux) alors qu’on peut raisonnablement attendre un rendement de 4% à 6% bruts (2,5% à 3,8% de rendement net) pour un investissement locatif. 

Si on le compare à la bourse, il faut alors juger sur un temps long. Selon une récente analyse du cabinet d'étude Asterès, la pierre est l'investissement le plus attractif sur une durée de vingt-cinq ans.