Investir Protéger votre famille

La prévision est difficile, surtout lorsqu’elle concerne l’avenir

La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Un investissement bien pensé peut contribuer à en atténuer les turbulences. « La prévision est difficile, surtout lorsqu’elle concerne l’avenir », plaisantait Pierre Dac. C’est pourquoi les investissements de précaution doivent être conduits avec le minimum d’idées préconçues.

Une anecdote

Des parents prévoyants avaient acheté un studio en région parisienne. Motivation : depuis le collège, leur fille clamait sa vocation de vétérinaire et son ardent désir d’intégrer l’école de Maisons-Alfort. Or cette très brillante jeune fille opte en dernière minute pour médecine et intègre la fac de Toulouse… Mais tout est bien qui finit bien : un studio situé en zone dite « tendue » se loue facilement et à un niveau de loyer qui dépasse très largement  le tarif d’une chambre d’étudiant en région.

Moralité : les achats immobiliers « prévisionnels » doivent impérativement privilégier la logique financière par rapport à l’idée que l’on se fait de son usage futur. Ils doivent pouvoir être facilement loués pour en dégager des revenus complémentaires. Ils doivent aussi pouvoir être facilement revendus pour récupérer son capital en cas de besoin ou, plus simplement, afin de représenter un actif fiable aux yeux d’un banquier.

Sécuriser son patrimoine sans se lier les mains, telle est l’idée conductrice. Pour ne citer qu’une solution parmi d’autres, l’achat d’une location en meublé permet par exemple de combiner rentabilité et souplesse.


Charles Morin Gérant expatrissimmo et expert de l'immobilié pour les expatriés Charles Morin, expert expatrissimmo

Parole d'expert

L’immobilier est-il la valeur refuge par excellence ?
 

Charles Morin (Expatrissimmo) : Oui, car les raisons d’avoir à rebondir du jour au lendemain sont plus nombreuses qu’on ne l’imagine. Entre aléas géopolitiques ou recomposition soudaine de la sphère familiale, personne ne peut dire de quoi demain sera fait. Et, peut-être, les expatriés encore moins que les autres. C’est pourquoi mettre à l’abri un bien immobilier « au cas où » est une décision sage et rationnelle.
 

Cependant, il faut rester rationnel jusqu’au bout et faire le choix du bien qui convient réellement à ses objectifs. La solution doit être rentable, pérenne et rester flexible.